Musée

Frédéric Pons : Une identité toulonnaise, une vraie

Les Interviews du Musée du Sporting Toulon

Arrivé sur la rade à l’intersaison 1988, ce solide gaillard, a parfaitement rempli la mission pour laquelle Courbis en personne (et c’est peu dire), l’avait fait venir : renforcer la défense. La marque de fabrique du Sporting, son point fort, sa référence. Là où il faut être plus fort que dans n’importe quel autre club où pour y réussir.Deux saisons pleines où il aura joué pratiquement toutes les rencontres, où Il aura été de tous les combats. C ‘est dire qu’il aura été digne de la confiance qu’aura eu en lui Roland. Ce latéral aura laissé une bonne image, un bon souvenir sur le port. Car ici plus qu’ailleurs, les gens savent ce qu’il faut pour réussir à ce poste. Solide, rugueux, ne lâchant jamais rien, il aura été dans la lignée, dans la continuité de la fameuse défense de fer. Aujourd’hui, c’est avec un vrai plaisir que nous allons partager un moment avec Frédéric Pons.

FRED, POURQUOI AVOIR CHOISI LE SPORTING ?
Pour deux raisons. Tout d’abord, l’envie de jouer pour le club de chez moi, du Var. Roland Courbis m’a téléphoné le lendemain de notre victoire en coupe de France avec Metz en 88. Et puis aussi, pour me rapprocher de ma mère, de chez moi. Je venais de perdre mon père.

QUEL JOUEUR DU SPORTING T’A LE PLUS MARQUE ?
Y’en a tellement eu. Roger Mendy par sa qualité naturelle de footballeur, un vrai combattant, un meneur, un leader. Mais le plus, c’est Bernard Pardo. Il avait tout pour jouer et réussir à Toulon. Un vrai leadership, un vrai tempérament. Il convenait parfaitement au Sporting.

UN SOUVENIR, UNE ANECDOTE SUR TON PASSAGE A TOULON ?
Côtoyer Roland Courbis. Quand tu deviens pro, tu veux apprendre et moi, j’ai énormément appris avec lui, de lui. C’était un excellent coach. Rien n’était laissé au hasard. Il était très pointilleux sur le détail. Sur le plan tactique, il était un innovateur, à l’époque. Le marquage en zone ou individuel sur certains joueurs clés. C’était un vrai meneur d’homme et c’est pour cela que tous les joueurs l’aimaient beaucoup. C’est un personnage du sud. Il a toujours le mot pour rire et la façon de parler, imagée. Quand on jouait une équipe mal classée ; il nous disait : « ils sont au bord du précipice, dans le vide. Il se retiennent par les mains et ce soir, on leur tend la main et on les sauve, soit on leur marche dessus avec les crampons et ils tombent…. ». On se défonçaient pour lui. Je me souviens après un match à Cannes, il est allé au casino, il avait dû gagner. Le lendemain, à l’entrainement, on a tous eu 1 000 francs dans une enveloppe.

C’était çà ,Roland, ça nous a tous marqué.

UN MATCH EN PARTICULIER ?
Contre Monaco. Luigi marque de la tête et après six journées, on est premier. Même de plus grand clubs que nous n’ont jamais été leaders de première division. Ce soir là, j’avais des frissons de partout. Mayol était plein comme un œuf, à craquer, avec une grosse ambiance. Il y avait un tel engouement, une telle osmose avec le public. Un super souvenir.

EN QUELQUES MOTS, SI TU DEVAIS RÉSUMER TON AVENTURE TOULONNAISE ?
J’en retiens une magnifique expérience. Je suis fier d’avoir porté les couleurs du Sporting, d’être passé par Toulon. Il y avait un esprit Toulonnais, une identité Toulonnaise, une vraie ! On ne se faisait pas bouger comme cela. On était respecté. A l’extérieur, on ne nous secouait pas comme çà non plus. Bref, Toulon, c’était super.

QUE DEVIENS TU ?
Je suis coach de La Crau en R1. On est remonté cette année et on est 5 ème. ça ne se passe pas mal pour le moment, enfin, pour mon projet de reconversion, je suis employé à la ville de La Crau.

Laisser un commentaire avec Facebook

Source
Le Musée du Sporting Toulon

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page