ActusCompte-Rendu

SC Toulon – Athlético Marseille, le compte-rendu (J19)

Avec une équipe au visage offensif, le Sporting tiendrait-il son match référence de la saison… Enfin ?

En ce dimanche après-midi, tout un stade était unanime : on s’est régalé. Et pas seulement parce que nos Azur et Or en ont planté 4. Non c’est aussi et surtout me concernant sur la prestation globale de l’équipe.

Un Sporting impitoyable…

Si les 2 premières tentatives étaient marseillaises, ce sont bien les toulonnais qui dès le premier quart d’heure menaient déjà 2/0. Un but de Barbier consécutif à un corner de Leleu à la 5ème et celui de notre minot Guilavogui à la 14ème. Le 1er digne des plus grands goléadors que le club ait connu. Le second oeuvre d’un renard de surface. Ce tonitruant début de rencontre pouvait laisser craindre une baisse de régime, le score étant « assuré ». Il n’en fut rien. Toulon presse, Toulon récupère et gagne largement la bataille du milieu avec le duo Seïbou/Moulet. Et Ghrieb éclabousse de son talent la rencontre. Sa prestation est de plus récompensée puisqu’il marque un but splendide sur une frappe de 20/25m. 3/0, c’est le coup de massue pour les phocéens en cette 28ème minute de jeu.

Pourtant, sur une rare interception au milieu et sur un centre des plus efficace, l’inénarrable Ibnou Ba réduit le score d’une reprise du plat du pied qui ne laisse aucune chance à l’excellent Andréani jusque-là plutôt tranquille (38′). L’Athlético finit bien mais 3/1, est le score à la mi-temps.

Un public au taquet…

Durant la pause beaucoup autour de moi s’accordent à penser que le Sporting devra tenir sur le 1er quart d’heure de la seconde période. Si les marseillais pénètrent sur le terrain avec de nouvelles ambitions offensives, Toulon fait le métier. Derrière l’axe Ouasfane/Medoukali est impérial et les 2 latéraux Leleu/Zouaoui assurent et en défense et sur l’apport offensif. Sur une contre-attaque, Goncalves encore muet ce dimanche délivre un caviar pour un doublé de Guilavogui dont la frappe à l’entrée de la surface ne laisse aucune chance à Romain Lejeune.

La messe est dite, le public exulte et le staff réalise des changements qui au-delà de leur pertinence permettent une ovation pour les buteurs Barbier et Guilavogui. L’affront du match aller débouchant sur la 1ère défaite de la saison est lavé.

Sur cette rencontre, il y a eu la Grinta qui a fait défaut souvent ces dernières semaines. Mais aussi, une belle efficacité. Le très attendu Barbier tient toutes les promesses que la longue attente de qualification a généré. Ghrieb a été énorme que ce soit dans l’animation ou la gestion. La clameur du public lors de sa sortie fut à la hauteur de sa prestation. Tout un stade a vu une équipe au diapason. Apte à élever son niveau face à un prétendant annoncé sur une bonne série jusque là.

Du côté des entrants, ils n’ont aucunement déséquilibré l’équipe qui sera restée sur un gros niveau de performance. Au coup de sifflet final Toulon pouvait être satisfait de cette prestation XXL et le public empreint au doute après des prestations indignes de son ambition, de retrouver l’espoir. Qu’il est bon de voir les supporters communier avec ses joueurs. L’Athlético n’a guère existé même si après son but ou sur la seconde période cette équipe a sorti ponctuellement la tête de l’eau. Mais Toulon était trop fort.

Place à la réserve de l’OM ce vendredi. Forza !

N. M., président du M.A.O.

Les statistiques du match par notre partenaire AMASTAT

Laisser un commentaire avec Facebook

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page